Afrique du sud : la police adopte le programme Un monde sans drogue pour lutter contre l’épidémie de drogue

Acquérir les compétences nécessaires pour sensibiliser la jeunesse sud-africaine sur ce sujet urgent.

L’Église de Scientologie en Afrique du Sud travaille avec le Service de Police d’Afrique du Sud (SAPS) pour inverser l’épidémie de toxicomanie dans le pays. C’est un énorme défi car l’Afrique du Sud est le plus grand marché de drogues de la route d’Afrique subsaharienne. Avec ce programme, l’Église fournit le matériel de formation et de prévention antidrogue de l’association Un monde sans drogue et une formation de spécialiste prévention antidrogue pour aider les officiers à acquérir la confiance et les compétences nécessaires à l’utilisation de ce matériel.

Le directeur régional des ressources humaines de la police, qui a aidé à organiser le programme, a donné le coup d’envoi de cette formation en encourageant chacun des agents à tirer pleinement parti de cette occasion.

Le programme a commencé par un atelier sur la méthodologie de l’étude développée par le fondateur de la Scientologie L. Ron Hubbard, pour s’assurer qu’ils pouvaient comprendre et appliquer ce qu’ils avaient appris. Cette formation a été suivie d’un cours de communication et d’un autre pour aider les usagers à faire face à certaines situations personnelles auxquelles les gens tentent d’échapper ou qu’ils cherchent à « résoudre » par la drogue.

Un agent a admis qu’au départ il n’était pas très enthousiaste pour suivre la formation : « Je pensais que j’allais suivre un cours sur les drogues, alors que j’ai déjà reçu une formation sur les drogues. Mais à ma grande surprise, quand j’ai terminé, j’ai réalisé que c’était vraiment un cours pour faire. Et même maintenant, quand je pense à sortir dehors, je sais que je vais faire. Et ça, c’était énorme pour moi. Car grâce aux compétences que nous avons acquises en communication, nous allons pouvoir utiliser ce matériel. »

Parmi les participants, il y avait des policiers qui travaillent dans différents domaines (logistique, ordre public, escouade volante, etc.), dans les situations d’urgence, qui s’occupent des crimes graves et violents et qui travaillent dans les centres de services communautaires. Ils ont tous expliqué avoir trouvé des compétences pour s’attaquer au problème de la drogue.

« Dans l’exercice de mes fonctions, je voyais 10, 15 ou 20 témoins, mais la façon dont je communiquais avec eux était médiocre », a dit l’un des agents. « Je ne pouvais pas obtenir l’information que je voulais. J’ai beaucoup appris. En fait quand je pense à la communication, je crois que c’est là que nous échouions. » Une fois les ateliers terminés, la dernière étape consiste pour les agents à mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Ils filment une intervention où ils font de la prévention pour leur certificat final.

L’Église de Scientologie et ses membres travaillent également avec d’autres leaders de la société, y compris des pasteurs de nombreuses confessions, des groupes de quartier et des associations, qui tous utilisent le programme et le présentent dans les écoles. Ils soutiennent la Fondation pour Un monde sans drogue pour qu’elle puisse fournir gratuitement aux enseignants, aux formateurs et aux responsables civiques et communautaires des brochures, des vidéos et des guides pédagogiques sur les drogues.