Budapest : saga de la liberté avec la nouvelle Église dite idéale

L’Église idéale de Scientologie de Budapest, en Hongrie, a ouvert ses portes samedi 23 juillet 2016, pour marquer une étape mémorable vers la liberté spirituelle en Hongrie.

La Hongrie cultive depuis des siècles ses mythes et son histoire. A la fin des années 1980 et à l’aube des années 1990, le communisme athée et totalitaire a reculé de l’Europe orientale, d’une grande partie de l’Asie et de la Russie. Après une longue carence de spiritualité, les Hongrois, comme tous ceux qui avaient souffert sous la férule des commissaires soviétiques, ont rapidement recherché la vérité et la religion. En 1988, un seul exemplaire de la Dianétique : La science moderne de la santé mentale de L. Ron Hubbard a percé le rideau de fer et un mouvement est né.

Aujourd’hui, environ 25 ans après la première apparition de la Scientologie à Budapest, une nouvelle Église idéale a été inaugurée, elle est la 52ème Église idéale depuis 2003, et 50 autres églises sont déjà en préparation. Le bâtiment se trouve sur l’une des artères principales de la ville, et avec ses 6 000 mètres carrés, il est impossible de la manquer. Son enseigne de 25 mètres de haut est visible par plus de 100 000 passants par jour.

« On dit que le monde entier connaît votre ville en tant que capitale de la liberté », a déclaré le chef ecclésiastique de la Scientologie, David Miscavige, dans son discours d’inauguration devant quelques 3500 scientologues et amis. « Votre lutte pour la liberté est relatée dans toutes les langues connues sur Terre. Il est également dit que chaque fois que les gens aspirent à la liberté, ils deviennent des ‘citoyens de la Hongrie’ ».

Suite au flot incessant de civilisations ayant traversé la Hongrie, une grande ville a été construite sur le côté ouest du Danube, Buda. Un frère civique légèrement plus jeune, Pest, se leva sur les plaines du côté est du fleuve. Budapest est aujourd’hui le centre culturel, politique et commercial de ce pays, et l’une des grandes métropoles de l’Europe centrale et orientale. M. Miscavige attribua à la Hongrie et à la foule « un désir d’indépendance spirituelle ». En effet, en un quart de siècle, plus de 33 missions parsèment désormais le paysage hongrois et au-delà celui des pays voisins.

Se distinguant parmi les invités se trouvaient les personnalités de la société hongroise qui accueillaient l’Eglise dans ses nouveaux locaux.
« Il y a 15 ans que vous vous êtes pour la première fois adressés à moi. Vous vouliez courir un marathon à travers la Hongrie et réveiller notre pays contre les drogues », a déclaré le Dr István Komáromi, Général de brigade, chef de la police du comté de Pest, à la foule. « Et ensemble, nous avons lancé le premier marathon-pour-une-Hongrie-sans-drogue en Mars 2002. Et depuis ce temps que vous avez balayé cette nation avec notre message, atteignant plus de 400 villes, distribuant plus de deux millions de brochures anti-drogue. Et inspirant la jeunesse d’une nation entière à vivre une vie sans drogue ».

Mme Agnes Debreceni, membre du conseil de la Fondation Gardony pour l’éducation, décrivit comment Applied Scholastics, grâce à la technologie d’étude de L. Ron Hubbard, a transformé le paysage éducatif. « Peu de temps après le début de ma carrière, j’ai rencontré des problèmes dans l’éducation de mes élèves. Beaucoup d’enfants ont été étiquetés ‘problématiques’ ou on leur a diagnostiqué des ’difficultés d’étude’. Il est navrant pour un éducateur de voir ces problèmes et ne pas avoir les outils pour aider. Pourtant, dans cette obscurité grandissante il y a encore des gens qui travaillent, des personnes apportant de l’espoir et qui ne veulent pas abandonner. Et j’ai rencontré ces gens à Applied Scholastics Hongrie ».

Dr Ildikó Hekáné Szondi, vice-présidente pour la culture, l’éducation, le tourisme et la jeunesse de la ville de Szeged, a rappelé qu’elle avait d’abord rencontré des scientologues à ses ‘réunions civiles au café’. « Je veux toujours montrer les bonnes choses qui se passent en ville », dit-elle. « Et cela vous inclut vous ainsi que spécifiquement Le Chemin du Bonheur. Après tout, qui ne veut pas être heureux ? Mais plus important encore, j’étais convaincue que les autres avaient besoin d’en savoir plus à ce sujet. Je crois que les Hongrois devraient s’Epanouir et Prospérer ».

Prenant également la parole sur le patrimoine culturel, M. István Nemere, romancier, s’est référé au fondateur de la Scientologie L. Ron Hubbard, également écrivain reconnu dans de nombreux genres. « M. Hubbard a dit qu’il était juste un homme et pourtant il a construit un chemin vers la liberté, et qui n’est pas trop raide à parcourir », a-t-il déclaré. « Grâce à lui, peu importe si on est intelligent ou chanceux, ou si on est riche ou pauvre, tout le monde peut atteindre un niveau plus élevé, au-delà de ce qu’on avait pu imaginer. Tout cela revient à dire que L. Ron Hubbard est le plus grand philanthrope du 20ème et 21ème siècle ».

Les visiteurs ont ainsi pu découvrir la Dianétique et la Scientologie en passant par le Centre Public d’Information. Ses écrans, contenant plus de 500 films, présentent les croyances et les pratiques de la religion de Scientologie et la vie et l’héritage de son fondateur L. Ron Hubbard. Ils ont également eu un aperçu détaillé des nombreux programmes humanitaires soutenus par la Scientologie : l’éducation aux droits de l’homme, la prévention contre la drogue, les centres d’alphabétisation et le programme des ‘Ministres Volontaires’ qui représente aujourd’hui la plus grande force de secours indépendante du monde. Les services du dimanche, les mariages et les baptêmes, ainsi qu’une foule d’événements qui touchent toute la communauté se dérouleront dans la Chapelle.

A part l’ouverture de cette église idéale à Budapest et les récentes ouvertures d’Églises idéales comme Bâle et Milan en Europe, l’Église a récemment inauguré le Scientology Media Productions, un studio à la  pointe de la technologie d’une superficie de 8 000 mètres carrés à Hollywood, en Californie, dans lequel le message de la religion sera proclamé par télévision et par radio, sur Internet et sur les médias sociaux et sur toutes les autres plateformes de médias.

Contact presse : 01.53.33.52.09