Connaissez vos droits : la vie de votre enfant en dépend

Alors que la rentrée scolaire a eu lieu un peu partout, la Commission des citoyens sur les droits de l’Homme (CCDH) de Sacramento met en garde les parents sur la nécessité de s’informer de la menace potentielle visant la survie de leurs enfants.

La CCDH, comité de surveillance de la santé mentale, a présenté son exposition itinérante « Psychiatrie : industrie de la mort » dans le vieux Sacramento à des milliers de parents et a invité l’évêque Ron Allen, fondateur de la Coalition internationale de défense de la foi, à parler pour l’ouverture de l’exposition.

Selon le directeur exécutif local de la CCDH, Jim Van Hill, « les parents nous contactent régulièrement parce qu’ils sont poussés, souvent par le personnel de l’école, à faire prendre à leurs enfants ces dangereux médicaments. »

Pour Jim Van Hill, les parents ont raison de s’inquiéter. En effet, plus de 400 mises en garde ont été publiées par des organismes internationaux de réglementation pharmaceutique sur les médicaments psychiatriques pouvant avoir des effets dangereux et potentiellement mortels. Il a été démontré que les médicaments psychotropes doublent le risque de suicide et d’agression chez les enfants et peuvent entraîner d’autres effets secondaires graves comme le diabète, la dépression, la folie, un rythme cardiaque irrégulier, l’obésité et même un rétrécissement du cerveau.

« Lorsqu’un psychiatre ou un médecin prescrit des médicaments si dangereux pour un enfant, il est évident de croire qu’il y a une bonne raison à cela », a déclaré M. Van Hill. « En fait, il n’existe aucun test médical ou scientifique prouvant qu’un enfant souffre de ‘troubles mentaux’ ou de ‘maladie mentale’. Les tests sont subjectifs et reposent sur une liste de contrôle des symptômes. »

« C’est comme consulter un médecin à cause de douleurs intenses, et, en se basant uniquement sur les symptômes, le médecin commence à vous soigner pour un cancer en utilisant des traitements chimiques sans confirmer la maladie par des tests médicaux. »

Des drogues avec des encadrés noirs contenant une mise en garde sont actuellement prescrites à plus de 8,4 millions d’enfants et d’adolescents seulement aux États-Unis, dont plus d’un million d’enfants de 0 à 5 ans entre 2008 et 2013.

La CCDH engage les parents à connaître leurs droits et à s’armer de faits documentés. La Loi fédérale (Titre 20 du Code des États-Unis : Chapitre 33, Sous-chapitre II, Assistance à l’éducation de tous les enfants handicapés § 1412, éligibilité de l’État) interdit au personnel scolaire d’exiger des parents de mettre leur enfant sous traitement en tant que prérequis pour venir à l’école.

La CCDH, basée à Los Angeles, en Californie, a été fondée en 1969 par l’Église de scientologie et le professeur de psychiatrie Thomas Szasz. Elle lutte contre les violences et abus psychiatriques et cherche à protéger les patients. Au sein des différentes antennes de CCDH dans le monde, on peut rencontrer des médecins, des psychiatres, des psychologues, des avocats, des législateurs, des représentants du gouvernement, des éducateurs et des représentants des droits civiques.