Des milliers de personnes manifestent contre la xénophobie et la violence

Lorsque la violence a éclaté en Afrique du Sud, ciblant des immigrés d’autres pays africains, des organisations et des groupes religieux ont défilé pour manifester leur soutien aux droits humains de tous.

Les bénévoles de l’association Des jeunes pour les droits de l’Homme et ceux des Eglises de Scientology du Gauteng se sont joints à des dizaines d’organisations et de personnes pacifiques de toute la région pour promouvoir les droits humains et protester contre la violence xénophobe qui a éclaté en Afrique du Sud ces dernières semaines contre des immigrants d’autres pays africains : douze personnes ont été tuées et des centaines de magasins détruits dans et autour de Johannesburg.

La marche a commencé au parc Pieter Roos à Hillbrow, un centre d’immigrants nigérians où la violence a éclaté au début du mois, a traversé le quartier de Johannesburg connu sous le nom de Little Ethiopia et a pris fin à Newtown.

« Rien ne peut justifier qu’un Sud-Africain s’en prenne à des ressortissants d’autres pays », a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a qualifié les récentes attaques xénophobes de totalement inacceptables. « Nous sommes contre la xénophobie. Ces attaques sont totalement contraires à l’Etat de droit. »

L’événement a débuté par un concert donné par des musiciens locaux. Puis plus de 2 000 personnes ont participé à une marche pacifique de deux heures.

Les bénévoles ont distribué quelques 1 600 exemplaires de la brochure Que sont les droits de l’homme ? aux résidents locaux. Celle-ci permet à chacun de comprendre facilement les principes de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH).

Parmi les articles de la DUDH violés par la violence récente figurent l’article 2 (Ne faites pas de discrimination), l’article 3 (Le droit à la vie), l’article 6 (Peu importe où vous allez, vous avez des droits), l’article 8 (Vos droits humains sont protégés par la loi), l’article 14 (Le droit de chercher un endroit où vivre en sécurité) et enfin l’article 30 (Personne ne peut vous retirer vos droits de l’homme).

Au fur et à mesure que la marche avançait, de nombreux résidents locaux se sont joints à elle, prenant des livrets et les distribuant à d’autres personnes du quartier.

« Nous croyons en l’éducation », a déclaré un représentant de l’association Des jeunes pour les droits de l’Homme. « Lorsque les jeunes comprennent leurs droits et leur responsabilité à l’égard des droits des autres, ils deviennent des défenseurs de la paix. Grâce à l’éducation, nous pouvons créer d’énormes changements sociaux. »

L’Église de Scientology et les scientologues soutiennent l’association Des jeunes pour les droits de l’Homme et mettent gratuitement à disposition son matériel pédagogique.