Le dialogue interreligieux

L’Eglise participe-t-elle à des activités œcuméniques ?

Oui, bien sûr. L’Eglise préconise fortement l’approche œcuménique des questions concernant toutes les religions. Les scientologues travaillent avec des représentants de nombreuses religions pour encourager et renforcer le dialogue interreligieux, la liberté de religion, et le respect de la religion et des principes constitutionnels dans la société.

Les scientologues se sont battus pour la défense de la liberté de religion en Europe. En France, à Strasbourg, 2 500 scientologues ont remis au Parlement européen une « Déclaration pour la liberté de religion ». Au Danemark, les scientologues sont des membres actifs du Forum œcuméniques danois, lieu d’expression de la liberté religieuse dans ce pays.

Marche européenne pour la liberté de religion

Pour célébrer le 50° anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’Eglise a organisé la « Marche européenne pour la liberté de religion ». Ce marathon de 3225 kilomètres à travers huit pays d’Europe a permis de sensibiliser environ 33 millions de personnes à l’importance des droits de l’homme. Dans de nombreux pays, l’Eglise a amené des groupes religieux bien distincts à parler d’une seule voix contre l’intolérance.

Aux Etats-Unis, l’Eglise accomplit depuis des années des actions pour protéger la liberté de religion. Elle participe à la Conférence américaine sur les mouvements religieux (ACRM). Cette association pluriconfessionnelle se consacre au progrès de la liberté et du dialogue religieux.

L’Eglise de Scientologie Internationale est un membre actif de la Coalition pour le libre exercice de la religion, groupe constitué de personnes d’origines diverses, qui lutte pour la liberté de religion et le respect des droits civiques. En 1991, la Coalition a soutenu un projet de loi sur la restauration de la liberté de religion, qui a été adopté le 16 novembre 1993.

Pendant plus de dix ans, l’Eglise a révélé et dénoncé les attaques contre la liberté de religion de la part d’organisations qui soutiennent la « déprogrammation », pratique violente consistant à payer des ravisseurs dans le but de faire renier sa foi à quelqu’un. Ceux-ci emploient des moyens tels que la détention par la force, la privation de nourriture et de sommeil, l’administration de coups, de drogues, voire le viol.

Au fil des ans, les déprogrammeurs ont attaqué des membres de nombreuses religions différentes, dont les baptistes, des catholiques, des épiscopaliens, des méthodistes, des mormons et des musulmans. Grâce aux démarches coordonnées de plusieurs confessions, les déprogrammeurs ont été arrêtés, jugés et emprisonnés pour leur rôle dans ces actions illégales.