Le druidisme et la psychiatrie

Le druidisme et la psychiatrie

de L. Ron Hubbard

27 février 1969

 

Le druidisme et la psychiatrie

Les psychiatres admettent volontiers que certains de leurs traitements ne font aucun bien et qu’ils sont meurtriers ou préjudiciables

Il y a quelques années, j’ai demandé à un psychiatre qui était venu à une réunion de scientologues pourquoi il ne refusait pas personnellement de faire des électrochocs et des « opérations » cérébrales sur les gens, puisqu’il savait que, souvent, cela les tuait.

Il me donna une réponse étonnante. Il me dit : « Je suis obligé de le faire. Si je ne le faisais pas, je me ferais renvoyer de l’hôpital pour avoir refusé de prendre part au sacrifice. »

Cela me laissa perplexe. Mais récemment mon attention fut de nouveau attirée par les travaux de Jung, l’une des trois plus importantes autorités de la psychiatrie que sont Freud, Jung et Adler.

Comme vous pouvez le trouver dans l’oeuvre de Jung, il a énormément insisté sur le DRUIDISME et a beaucoup écrit à ce sujet.

Le druidisme consistait en un cercle fermé de prêtres et de législateurs celtes qui semblent avoir pratiqué le sacrifice humain. Leurs rites cruels et inhumains ont conduit à leur oppression directe par Rome.

À l’époque moderne, le druidisme a ressuscité et on dit que ces gens se rencontrent chaque année à Stonehenge, qui est probablement leur ancien fort en Angleterre.

C ‘est le premier indice que j ‘ai jamais eu de la raison pour laquelle les psychiatres pensent devoir tuer et blesser les gens.

En un an, plus 1200 personnes ont été purement et simplement tuées par des machines à électrochocs, aux États-Unis

Un grand nombre de psychiatres m’ont dit, lors d’entrevues, ou lorsqu’ils essayaient de me persuader de les prendre ou de prendre leur femme en traitement, que les électrochocs retardent le rétablissement du malade mental d’environ six semaines en moyenne, que lorsque cela ne les tue pas, cela leur casse les dents habituellement et souvent la colonne vertébrale. En un an, plus 1200 personnes ont été purement et simplement tuées par des machines à électrochocs, aux États-Unis. Quant aux « opérations » du cerveau, le patient en meurt soit tout de suite soit entre deux et cinq ans après, selon les statistiques officielles de la psychiatrie.

Les psychiatres admettent volontiers que ces traitements ne font aucun bien et qu’ils sont meurtriers ou préjudiciables ; les preuves de cela apparaissent dans leurs propres publications ou dans les grands
médias comme par exemple dans le magazine Time.

Cela n’a jamais cessé d’étonner les observateurs informés : que l’on pratique la torture, les coups et blessures et le meurtre alors que l’on sait très bien qu’ils n’offrent ni aucun bienfait, ni aucune guérison.

Leur autorité, Jung, le druidisme et les sacrifices humains offrent pour la première fois quelque indice de ce dont il retourne exactement.

Les groupes de façade de la psychiatrie agissent comme des forcenés contre tout groupe qui pourrait découvrir leurs crimes

Le druidisme en son temps était l’organisme supérieur au-dessus des gouvernements celtes et il leur dictait leurs actions.

Le scandale Profumo a exposé des orgies extravagantes et fantastiques de hauts fonctionnaires.

Je me demande si, une fois toutes les preuves rassemblées, quelque explication fantastique sur la raison pour laquelle certains fonctionnaires travaillistes britanniques soutiennent les psychiatres et pour laquelle les psychiatres tuent ne verra pas le jour.

Comme les sacrifices humains ou les meurtres rituels tels que ceux commis dans les pays qui étaient récemment des colonies de la Grande-Bretagne.

Cette énigme de meurtre officiel impuni est un des plus grands mystères sociaux de notre temps, sans parler des violations des droits de l’homme en termes d’arrestations.

 

Le druidisme et la psychiatrie

« Le druidisme consistait en un cercle fermé de prêtres et de législateurs celtes qui semblent avoir pratiqué le sacrifice humain. Leurs rites cruels et inhumains ont conduit à leur oppression directe par Rome. »