L’Héritage religieux de la Scientologie

Construire un monde meilleur a toujours été, à travers l’histoire, le credo de chaque mouvement religieux. En fait, au fil des siècles, c’est à la religion qu’est revenu le rôle d’être l’influence civilisatrice sur cette terre.

La notion que l’homme est un esprit est aussi vieille que l’homme lui-même. L’idée que l’homme n’est rien de plus qu’un animal, qu’un mécanisme d’excitation-réflexe, est très récente. Elle date de la psychologie liée à la culture occidentale. Ces affirmations sont contraires à toutes les traditions religieuses qui, chacune à leur manière, parlent de « l’âme », de « l’esprit » ou de « la force vitale », exprimant une croyance propre à toute civilisation digne de ce nom.

La religion de la Scientologie s’inscrit dans cette tradition transmise de siècle en siècle, celle de l’homme à la recherche de son identité spirituelle. En Scientologie, l’individu lui-même est considéré comme un être spirituel, un thétan.
Ce terme emprunté au symbole ou à la lettre grecque thêta qui a longtemps représenté la pensée ou l’esprit.

Ainsi la Scientologie, bien qu’étant un nouveau mouvement religieux, a hérité d’une pensée présente depuis l’origine des temps, et selon laquelle l’homme est un être spirituel qui aspire à comprendre et à rendre la vie meilleure. La route fut longue, mais le but est atteint car la Scientologie offre aujourd’hui les réponses à ceux qui viennent les chercher.