Nos intentions

Il demeure un fait historique, c’est qu’on peut toujours détecter un régime totalitaire à la voix craintive avec laquelle il réagit au rêve populaire de liberté de la Scientologie. Un exemple est la terreur qui se manifesta chez J. Edgar Hoover et Richard Nixon en réponse à LRH et à la Scientologie. Mais le point le plus important, comme LRH l’explique dans sa déclaration sur les objectifs de la Scientologie, est simplement ceci : tout gouvernement, tout organisme et tout fonctionnaire qui s’opposent à la Scientologie s’opposent en fin de compte à la fois à ce que les scientologues représentent en tant que citoyens honnêtes et responsables et à la possibilité d’atteindre une plus grande liberté, qui est ce que leur religion incarne. 

 

Nos intentions

de L. Ron Hubbard

28 juin 1969

 

Nos intentions

 

 

Les véritables intentions et états d’être de la Scientologie

Un de nos ministres, qui s’était présenté aux Nations Unies, dut soudain affronter une délégation qui, l’ayant reconnu comme étant scientologue, se précipita sur lui et lui demanda : « Qu’allez-vous faire avec les Nations Unies ? »

Le ton de la voix exprimait une peur véritable.

Les véritables intentions et états d’être de la Scientologie, de ses organisations et de ses groupes doivent donc être énoncés en se fondant sur les faits.

En 1949, une technologie amicale et très pratique de la pensée fut mise au point. Elle résolvait les problèmes du mental sans contrainte ni hypnotisme.

Elle fut offerte aux professionnels de la médecine et de la psychiatrie mais ils la refusèrent.

Un livre populaire fut écrit et devint instantanément un best-seller.

Dans le monde entier, des organisations émergèrent à un niveau populaire, soutenues par le public.

Les groupes de façade de la psychiatrie commencèrent immédiatement à lutter contre cette nouvelle connaissance

Voyant la menace économique immédiate que représentait une technologie qui produisait de meilleurs résultats, les groupes de façade de la psychiatrie commencèrent immédiatement à lutter contre cette nouvelle connaissance en utilisant des agents provocateurs et des tactiques de services de renseignements.

De nombreux mensonges et de nombreuses menaces émanèrent de ces éléments hostiles.

Les politiciens que ces groupes de façade de la psychiatrie faisaient chanter essayèrent d’éveiller l’intérêt de la police, mais échouèrent. Ils recoururent alors à des « investigations gouvernementales » pour obtenir des interdictions.

Les organisations de Scientologie continuèrent à s’agrandir. Le soutien du public s’intensifia.

Les hommes de main politiques de la psychiatrie commencèrent à perdre leurs sièges et leur prestige.

La Scientologie découvrit que la psychiatrie dirigeait des camps de la mort et constituait une nouvelle forme d’oppression de la population.

Les groupes et organisations de Scientologie continuèrent à s’agrandir.

Le nouveau sujet connut même d’autres développements bien qu’il fût entravé par le fait que la psychiatrie absorbait insatiablement les finances publiques dans le domaine de la santé mentale.

On commença à établir le fait que les « gouvernements » n’avaient absolument aucune preuve contre la Scientologie, son fondateur ou ses organisations ; les groupes de façade de la psychiatrie perdirent leur prestige et commencèrent eux-mêmes à faire l’objet d’examens approfondis et à faire face à des accusations aussi graves que sabotage à l’encontre du public, actions d’agents provocateurs, détournements de fonds et meurtres.

C’est, en résumé, l’histoire de dix-neuf années.

Parce que la Scientologie accomplissait ce qu’elle disait, n’avait aucune mauvaise intention et essayait d’accomplir sa tâche avec intégrité, elle était bien trop puissante pour être éradiquée, malgré un complot international qui dépensa des millions pour la détruire.

Les véritables intentions du fondateur, des scientologues et des organisations de Scientologie sont facilement établies, facilement prouvées :

1. Rendre les êtres humains heureux et en bonne santé à l’aide de l’audition individuelle.
2. Être amical et toujours prêt à aider.
3. Créer un environnement sans danger en protestant contre l’emploi de l’hypnotisme, des traitements   violents et de la saisie illégale des gens.
4. Créer un monde meilleur en rendant les individus plus capables.
5. Œuvrer vers la liberté spirituelle.
6. Apporter son soutien au gouvernement légal du pays dans lequel se trouve chaque organisation.
7. Faire en sorte que la technologie de l’organisation et les autres découvertes soient facilement et largement disponibles.
8. Ne pas interférer avec les us et coutumes des peuples.
9. Ne jamais refuser d’aider quelqu’un en raison de sa race, sa couleur ou sa croyance.
10. Mener des activités de bons citoyens travaillant dans l’intérêt du pays.

Ce sont les intentions totales de la Scientologie, de ses organisations et de ses membres.

Toute déclaration contraire de l’ennemi est un effort pour discréditer un développement qui lui ferait
perdre ses prétentions de droit divin, ainsi que les pouvoirs et les finances qu’il a obtenus illégalement.

Les organisations de Scientologie sont composées de bons citoyens de leur pays respectif, en qui on peut avoir confiance et qui travaillent pour l’organisation parce qu’ils croient qu’il y a de l’espoir.

Il n’existe pas la moindre preuve où que ce soit dans le monde qui puisse réfuter les faits susmentionnés.

Des milliers de documents, d’actes quotidiens et de bonnes actions existent pour le prouver.

Le monde a vu l’arrivée d’une percée technologique dans le domaine de l’esprit.

Toute chose nouvelle passe des moments difficiles.

La seule chose dont on pourrait vraiment accuser la Scientologie, c’est qu’elle produit des résultats rapides, qu’elle marche et qu’elle fait exactement ce qu’elle dit qu’elle peut faire

Et comme c’est le cas, il n’y a pas de place pour des hommes qui prétendent guérir les maladies mentales pour devenir les oppresseurs de l’humanité et les ennemis de l’État.

On pourrait dire en toute vérité à la délégation effrayée des Nations Unies : « Ce que nous allons faire avec les Nations Unies ? Eh bien, nous allons aider les individus qui en font partie à devenir suffisamment intelligents et suffisamment compétents pour qu’ils puissent faire leur travail et ainsi, peut-être, apporter la paix au monde. »

On dit que Diogène avait beaucoup de mal à trouver un honnête homme. Mais toute organisation honnête se trouvant dans un monde aussi troublé et empli de souffrance que celui-ci rencontrera nombre de problèmes, jusqu’à ce que les gens se rendent enfin compte que la seule menace qu’elle représente, c’est de rendre les gens honnêtes.