L’accent mis sur les aptitudes – 2ème partie

(…)

La raison profonde de ce phénomène est simple, d’une simplicité presque idiote. On peut comprendre « la compréhension » et voir que la compréhension peut s’améliorer. La stupidité, l’ignorance, la maladie, l’aberration, l’inaptitude ne sont qu’une dégradation de la « compréhension » et ne sont elles-mêmes que « moins de compréhension », d’où moins compréhensibles. Quelqu’un ne comprend pas qu’il puisse aller plus mal, aussi n’entretient-il pas une excellente communication avec ceux qui lui disent qu’il empirera. Le mourant croit jusqu’à son dernier souffle, quoi qu’il dise à son médecin ou à sa famille, qu’il va aller mieux. Il n’a aucune compréhension de cet état de « non-compréhensibilité » appelé « la mort ». On peut comprendre ce qui est compréhensible. On ne peut pas comprendre l’incompréhensible, car la définition d’« incompréhensibilité » est « le fait de ne pas être compréhensible ». Comme je l’ai dit, la situation est d’une simplicité presque idiote.

La vie, dans son état le plus élevé, est compréhension. La vie, aux étages inférieurs, se trouve à un niveau plus bas de compréhension. Et lorsque la vie a cessé de fonctionner pour en arriver à ce qu’on pourrait appeler l’« incapacité totale », il n’y a plus du tout de compréhension.

En Dianétique et en Scientologie, cette question de compréhension est très importante. La compréhension se compose d’éléments bien précis. Ses composantes sont :

L’AFFINITÉ, la RÉALITÉ et la COMMUNICATION.

L’affinité, la réalité et la communication forment un triangle où chaque élément est lié aux autres.

On s’aperçoit aisément à l’examen qu’il est impossible de communiquer en l’absence de réalité et d’affinité. De plus, on ne peut pas avoir de réalité pour une chose avec laquelle on ne peut pas communiquer et avec laquelle on n’a aucune affinité. De la même façon, on n’a aucune affinité pour quelque chose qui n’a pour nous aucune réalité et dont on ne peut pas communiquer. Ou encore de façon plus précise, on n’a pas d’affinité pour les choses au sujet desquelles on n’a pas de réalité et au sujet desquelles on ne peut pas communiquer. On n’a aucune réalité concernant les choses pour lesquelles on n’a aucune affinité et au sujet desquelles on ne peut pas communiquer. Et on ne peut pas communiquer au sujet des choses qui n’ont aucune réalité pour nous et pour lesquelles on n’a aucune affinité.

Pour illustrer cela, prenons l’exemple de la colère. On se met en colère et ce qu’on dit ne parvient pas en tant que communication à la personne contre laquelle on est en colère. De façon encore plus rudimentaire, le moyen le plus rapide de ne plus être en communication avec une machine serait de cesser d’avoir de l’affinité pour elle et de refuser de la considérer comme réelle.

Nous appelons ce triangle le TRIANGLE d’A-R-C.

Les définitions précises de ces trois éléments sont les suivantes :
1. La COMMUNICATION est l’échange d’idées ou de particules entre deux points.

Plus précisément, la formule de la communication est :
Cause, Distance, Effet avec Intention et Attention plus une Duplication au point-effet de ce qui émane du point-cause.

Les composantes de la communication sont :
Considération, intention, attention, cause, point-source, distance, effet, point-réception, duplication, vitesse de l’impulsion ou de la particule, rien ou quelque chose. Une non-communication consiste en barrières. Les barrières consistent en espace, en interposition (telles que des murs et des écrans de particules qui se meuvent rapidement) et en temps.

2. La RÉALITÉ est le degré d’accord atteint par les deux extrémités d’une ligne de communication. C’est essentiellement le degré de duplication réalisé entre la Cause et l’Effet. Ce qui est réel n’est réel que parce qu’on est d’accord sur sa réalité et pour aucune autre raison.

3. L’AFFINITÉ est la distance et la similitude relatives des deux extrémités d’une ligne de communication. La notion d’affinité sous-entend l’idée de « masse ». Le mot lui-même implique que la plus grande affinité qui puisse exister proviendrait du fait d’occuper le même espace. Et cela a été démontré au cours d’expériences. Dans le cas où deux choses n’occuperaient pas le même espace, leur affinité se trouverait déterminée par leur distance relative et le degré de duplication.

On peut démontrer que ces trois éléments – AFFINITE , REALITE et COMMUNICATION – équivalent à la COMPREHENSION.

(…)

Extrait du livre Dianétique 55 – L. Ron Hubbard