L’accent mis sur les aptitudes – 5ème partie

(…)

Mais il n’y a aucune raison pour qu’une personne soit affectée par la simple observation de quelques secrets. Le critère est de savoir si l’individu possède ou non le pouvoir d’être selon sa propre détermination. S’il peut se déterminer comme incompréhensible à volonté, il peut évidemment ensuite se déterminer de nouveau comme compréhensible. Mais s’il se trouve de façon compulsive et sans compréhension réduit à un état d’incompréhensibilité, il est évidemment perdu.

Aussi découvrons-nous que le seul piège dans lequel puisse tomber la vie consiste à ce qu’elle fasse certaines choses sans savoir qu’elle les fait. Nous voici donc arrivés à une nouvelle description précise du secret et nous découvrons que le secret, ou n’importe quel secret, ne saurait exister que si la vie avait décidé de lui faire front sans savoir et sans comprendre qu’elle en a pris la décision elle-même. Le plus secret des secrets serait donc quelque chose qui pousserait la vie à oublier qu’elle examinait un secret.

Chacun peut facilement comprendre que ses aptitudes peuvent s’améliorer parce qu’en allant dans le sens de l’amélioration des aptitudes, on rencontre plus de compréhension. L’aptitude dépend entièrement d’une plus grande et d’une meilleure compréhension du domaine ou du secteur dans lequel on aimerait être plus apte. Quand on essaie de comprendre la réduction de l’aptitude, on est bien sûr en face de moins de compréhensibilité, moins de compréhension ; aussi ne comprend-on jamais aussi bien l’aptitude qui décline que celle qui se développe. En l’absence d’une compréhension de l’aptitude, nous avons la peur de perdre nos aptitudes, qui est simplement la peur de l’inconnu ou du supposé inconnaissable. Car il y a moins de connu et moins de compréhension quand il y a moins d’aptitude.

Etant donné que la vie ne veut pas affronter des choses qui resemblent moins à la vie, elle a une certaine tendance à résister et se retient d’affronter ce qui est moins compréhensible. C’est cette résistance qui, à elle seule, produit la « spirale descendante », cette descente vers moins d’aptitudes. La vie ne désire pas cette descente (à moins qu’elle ne soit consciente des principes qui sont à l’oeuvre). La vie en résistant se réduit à moins d’aptitudes.

(…)

Extrait du livre Dianétique 55 – L. Ron Hubbard