Un message simple mais puissant : Journée sans drogue à Bogota

La prévention de la toxicomanie a pris une toute nouvelle dimension lorsque Bogota a adopté la bannière d’un pays sans drogue.

Un mouvement de citoyens a été lancé par des centaines de bénévoles, d’officiels et de leaders d’opinion qui se sont réunis pour faire passer le message : « Moins de drogues = plus de vie », un jour qui est maintenant connu sous le nom de Journée Bogota sans drogue.

Les fonctionnaires et les célébrités avaient lancé la campagne fin juillet par une conférence de presse. Parmi les intervenants, on a pu entendre le général Carlos Ramiro Mena Bravo, inspecteur général de la Police nationale colombienne ; le lieutenant-colonel Angelica Bedova, chef de la prévention de la Police nationale ; Miss Colombia International ; l’acteur/producteur Agmeht Escaf et Durley Arias qui dirige les 3 000 scouts de Bogota.

Les chaînes de télévision de Bogota ont annoncé qu’il s’agissait d’une journée sans drogue et ont encouragé les gens à venir signer la promesse de ne pas consommer de drogue. Le message diffusé disait qu’il fallait commencer par vivre sans drogue, se fixer des objectifs et avoir un impact en donnant l’exemple et en soutenant des activités positives.

Ensuite, 400 bénévoles se sont mis en route pour recueillir des signatures dans 34 stations de métro de la ville, avec pour résultat 50 000 premières personnes s’engageant à vivre sans drogue.

Une journée entière d’activités pour encourager les familles à se joindre au mouvement.

Plus de 50 000 signatures ont été recueillies en une seule journée. Les militaires ont soutenu la campagne et de nombreux soldats se sont engagés à vivre sans drogue.

Pendant ce temps, des personnalités de la télévision, du cinéma et du sport ont utilisé leurs médias sociaux pour encourager les habitants de Bogota à prendre cet engagement à vie.

Les villes voisines, voyant l’excitation et la popularité de la campagne, ont décidé de créer leur propre Journée sans drogue et de participer à l’objectif global d’aider le premier million de Colombiens à décider de vivre sans drogue.

Après de nombreuses recherches, l’humaniste L. Ron Hubbard, fondateur de la Scientologie, a qualifié la drogue « d’élément le plus destructeur de notre culture actuelle ».