Mission dans le temps – 2ème partie

()
Avec la fondation de la Scientologie trois ans plus tard, et avec ce que l’on peut décrire comme la première explication scientifique des sujets spirituels, le point de comparaison établi par LRH fut encore mieux défini.

« En tant que membre de ce groupe d’experts, le Club des Explorateurs, ayant sillonné sept mers, esquivé des coups de feu tirés par colère et vu d’autres ne pas réussir à le faire, je peux attester que, lorsque tous les horizons seront mesurés, tous les marais cartographiés, tous les déserts reconnus et pourvus en eau et en secours immédiats, il y aura encore un monde de frayeurs, de mélancolie et de joies inconnues à explorer. Il restera encore un univers d’aventure, un univers suffisamment puissant pour avoir intimidé les hommes pensants pendant les quelques derniers milliers d’années : Vous. L’univers de Vous. »

À cela nous pouvons ajouter que, lorsqu’il parlait de « l’univers de Vous », il faisait référence à une vision absolument magnifique de nos capacités en tant qu’êtres spirituels immortels et infinis.

Si une telle affirmation semble en désaccord avec ce qui est généralement admis dans le domaine des expéditions, ce n’est pas nécessairement le cas et, en fait, plus d’un membre du Club des Explorateurs racontent avoir été témoins de merveilles qui les ont laissés à jamais douter de ce qui est scientifiquement acceptable. (Suite à l’expédition lunaire de 1971, Apollo 14, l’astronaute Edgar Mitchell, par exemple, se consacra à ce que l’on pourrait le mieux décrire comme de la recherche paranormale.) Ensuite et encore plus à propos, il y a tout ce qui se range sous la rubrique de la recherche para-archéologique, y compris les découvertes véritablement stupéfiantes de ceux qui se seraient apparemment « souvenus » de sites archéologiques clés qu’ils auraient connus dans des vies antérieures.

Les détails varient, mais si nous acceptons une révélation essentielle de la Scientologie selon laquelle on considère que l’homme possède l’expérience de nombreuses vies à travers les siècles, alors logiquement, on devrait tenir compte de cette expérience lors de découvertes archéologiques. Parmi d’autres cas fréquemment cités, se trouvent des enfants tibétains et indiens qui, selon les comptes rendus, se rappellent non seulement d’incarnations précédentes, mais aussi d’emplacements de reliques enfouies à des endroits où ils ne se sont jamais rendus — mais qui se vérifient. Et puis, il y a aussi les différents cas de scientologues qui se souviennent d’un nom d’une vie passée — lequel est par ailleurs oublié — pour découvrir ce même nom sur une pierre tombale tout aussi oubliée. Enfin, et ne serait-ce qu’à titre d’exemple, on ne saurait fermer ¬les yeux sur le phénomène similaire suggéré par Heinrich Schliemann qui, muni essentiellement d’une copie de l’Iliade et d’une obsession de toute une vie, découvrit les ruines de Troie.

()

Extrait de la collection L. Ron Hubbard – Explorations Aventures – Des entreprises pleines d’audace