Nations-Unies : 52 jeunes défenseurs des droits de l’Homme participent à un Sommet international

Cinquante-deux jeunes défenseurs des droits de l’Homme représentant 42 pays dont la France ont assisté au 14e Sommet international annuel des droits de l’Homme aux Nations Unies du 24 au 27 août.

En tant que maître de cérémonie de ce Sommet, le Dr Mary Shuttleworth, fondatrice et présidente de l’association internationale Des Jeunes pour les Droits de l’homme a présenté les panélistes qui ont abordé d’importants éléments concernant l’état des droits de l’Homme et l’éducation de ceux-ci : la marraine du Sommet, Ambassadrice Laura Flores, représentante permanente du Panama aux Nations Unies ; l’Ambassadeur Ry Tuy de la Mission permanente du Royaume du Cambodge auprès des Nations Unies; l’ambassadeur Mahmoud Saikal, représentant permanent de la République islamique d’Afghanistan auprès des Nations Unies; l’ambassadeur Michael Grant, représentant permanent adjoint du Canada auprès de l’Organisation des Nations Unies et le lauréat du prix Nobel et ancien président du Costa Rica, Dr. Oscar Arias Sánchez.

Parmi les 360 personnes assistant au Sommet étaient présents des ambassadeurs et représentants des missions permanentes aux Nations Unies, dont l’Afghanistan, le Bangladesh, Bahreïn, le Canada, Cuba, Chypre, la Guinée équatoriale, la France, le Ghana, l’Irlande, l’Italie, le Mexique, le Myanmar, le Népal, le Pakistan, le Panama, La Roumanie, le Sri Lanka et la Turquie.

Les ambassadeurs du Panama et du Cambodge ont annoncé leur partenariat avec l’association internationale et le Dr. Shuttleworth a remis au Dr Arias Sánchez le prix du « Héros des Droits de l’Homme ».

Cette première journée a été conclue par M. Fabio Amicarelli du bureau des droits de l’Homme de l’Eglise de Scientologie Internationale au nom de son bureau, qui a coparrainé le Sommet.

L’accent mis sur la traite des êtres humains

Durant le deuxième jour du Sommet à l’ONU, deux panels ont évoqué les problèmes de violation de ces droits aux délégués et à d’autres participants.

Selon le Département d’Etat américain, 600 000 à 800 000 personnes chaque année sont victimes du trafic d’êtres humains à travers les frontières internationalement. 80% d’entre elles sont des femmes et la moitié sont des enfants.

Dans ce panel, Marisol Nichols, actrice et fondatrice de Slavery Free World (Un monde sans esclavage, ndt), a présenté le film de son travail d’infiltration pour exposer la traite des êtres humains. Rosi Orozco, président de la Commission non-gouvernementale United Against Human Trafficking (Unis contre la traite des êtres humains, ndt) a montré une vidéo sur le sort des victimes de la traite. Une survivante de la traite d’êtres humains montra une vidéo qui évoquait sa propre histoire.

Il y eut également une présentation de Carlyle Holder, ancien président de l’Association nationale des Noirs dans la justice pénale et de Somoly Heng, du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Cambodge.

Le troisième jour du sommet, les jeunes délégués et invités ont été accueillis au Harlem Community Center de l’Eglise de Scientologie par un représentant de la Reine mère, le Dr Delois Blakey, maire non officiel de Harlem.

La journée fut clôturée par un magnifique spectacle avec des artistes locaux et Camille Sims, Miss New York 2016 ainsi que Wil Seabrook, fondateur de « Rock for Human Rights ».

Compte-rendus d’expérience – Ateliers de formation

Les délégués et directeurs des groupes ‘des Jeunes pour les droits de l’homme’ du Congo, du Népal, de Taïwan et du Venezuela ont présenté leurs activités, leurs réussites et ont partagé les ressources à utiliser pour mettre en œuvre leurs programmes avec les autres délégués. Grâce à ces ateliers et sessions de formation, les délégués des différents peuvent devenir plus efficaces pour réaliser leurs projets dans leur zone.

Ces groupes travaillent avec des organismes gouvernementaux et des organisations non gouvernementales pour sensibiliser la population et mettre en œuvre la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 des Nations Unies.

L’association internationale des Jeunes pour les Droits de l’Homme est une émanation pour la jeunesse de l’association Tous Unis pour les Droits de l’Homme, une organisation à but non lucratif mondiale, soutenue par les scientologues. Fondée en 2001 à Los Angeles, l’association internationale des Jeunes pour les Droits de l’Homme a mis à disposition des matériaux éducatifs en 27 langues.

Contact presse : 01.53.33.52.09