Nouvelle-Zélande : La Scientologie ouvre une nouvelle église dans un prestigieux monument

La ville d’Auckland a célébré l’inauguration de la nouvelle Église nationale de Scientologie pour la Nouvelle-Zélande sur un site historique surplombant la ville.

Les scientologues de Nouvelle-Zélande et de la région du Pacifique ainsi que leurs amis et sympathisants se sont réunis ce samedi 21 janvier pour inaugurer la nouvelle Église nationale de Scientologie. Le magnifique site historique, préservé et restauré par l’Église en collaboration avec les architectes et les conservateurs locaux, domine la ville et le port de Waitemata d’Auckland. C’est une véritable renaissance de ce bâtiment autrefois foyer de la formation spirituelle pour le clergé et les érudits religieux pendant près d’un demi-siècle.

« Nous ne considérons pas les bâtiments de nos églises dites « idéales » comme des bâtiments en soi. Nous les considérons plutôt comme des ‘vaisseaux pour la vie’… Ainsi, nous remercions la collectivité d’Auckland de nous permettre d’être les gardiens d’une église idéale qui lui appartient tout autant qu’à nous-mêmes, » a déclaré Mr David Miscavige, chef ecclésiastique de la religion de Scientologie.

Le site historique créé en 1844 a ensuite été agrandi en 1927 pour devenir le Collège théologique méthodiste qui formait des théologiens de la foi chrétienne. Ces derniers ont ensuite effectué leurs missions sur les rives du Pacifique. A présent en tant que centre spirituel pour les scientologues, il incarne à nouveau l’idée de foi et de spiritualité selon les principes des objectifs de la Scientologie : un monde sans guerre ni misère et un engagement humanitaire grâce aux divers programmes humanitaires qui sont déjà mis en place dans cette partie du monde.

Des dirigeants officiels locaux engagés dans un certain nombre de missions humanitaires laïques de la Scientologie ont pris la parole lors de cette inauguration, soulignant l’importance de la mission toujours croissante de l’Église dans le pays.

Robin Byron, architecte conseiller auprès de ‘Heritage New Zealand’, a déclaré :

« La fusion du passé et du présent offre un parallèle particulièrement satisfaisant qui, conçu en premier lieu pour l’apprentissage et les conseils en matière religieuse, connaît maintenant une renaissance spirituelle en tant que nouveau foyer de l’Église de Scientologie à Auckland. Votre dévouement à prendre en charge la restauration de ce joyau du patrimoine a été très mémorable. »

Yvonne Galvin, conseillère du programme néo-zélandais de prévention de la criminalité chez les jeunes, a déclaré qu’elle voyait de nouvelles possibilités dans l’expansion de l’Église :

« Aujourd’hui, mon but est de prendre soin de la jeunesse à risque. Quand j’ai rejoint le système et j’ai vu comment les jeunes étaient traités, je me suis dit : ‘Il faut que je trouve quelque chose au sujet des droits de la personne.’ Mais je n’arrivais pas à trouver qui que ce soit qui fasse quoi que ce soit à ce sujet. » Elle a entendu parler de l’Église de Scientologie et de ses volontaires et a lancé un mouvement unifié pour enseigner les droits de l’homme aux jeunes d’Auckland.

Thomas Henry, conseiller de la police néo-zélandaise, a dénoncé les abus psychiatriques :

« Selon mon expérience, trop souvent, les véritables raisons derrière les problèmes mentaux et spirituels sont ignorées. Le vrai problème est que les gens ne savent rien sur la psychiatrie et la santé mentale jusqu’à ce que cela les touche personnellement. Mais après avoir trouvé la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme, nous n’étions plus dans l’ignorance. Parce qu’il y a une voix dans les ténèbres, elle conduit à la lumière, et cette voix c’est la CCDH. »

Mereana Peka, présidente d’une association caritative de gardiens maoris, a résumé au mieux cette journée :

« … Je crois que ce sont les scientologues qui sont la ressource vivante de votre mouvement. Ce n’est pas facile d’exprimer ma gratitude à des gens qui sauvent des vies chaque jour. Mais je sais personnellement que chacun d’entre vous a contribué à changer cette partie du monde. »

Pour plus d’informations : http://www.scientology.org/

Contact presse : 01.53.33.52.09