Les postulats de base – 11ème partie

(…)

Maintenant, en voici un autre qui pourrait être un petit peu plus difficile, mais vous pourriez vous asseoir et vous y exercer si vous le vouliez, et vous découvririez que vous pourriez le faire : vous pouvez volontairement ralentir ou accélérer vos battements de cœur. Mais c’est comme apprendre à remuer vos oreilles. Je veux dire, vous devez trouver les bons muscles.

Un groupe d’Hindous est venu à l’université de Chicago ou à l’université de l’Illinois, ou ailleurs là-bas, et le corps médical… J’étais fasciné lorsque j’ai lu cela, mais il y avait là un groupe de médecins et ils regardaient ces gens  avec un grand étonnement, car ces gens pouvaient se tailler les veines et commencer et arrêter de saigner à volonté. De nombreux hypnotiseurs sont venus et ont pensé : « Eh bien si vous pouviez vous hypnotiser, vous pourriez le faire, bien sûr. » En réalité, un hypnotiseur sait qu’il peut prendre un sujet et le mettre en transe, et ralentir les battements de cœur et interrompre son flux sanguin. Vous pouvez en fait, avec l’hypnose, vider tout le sang d’une main ou d’un bras de façon à ce qu’il soit glacé et qu’il ait pratiquement la rigidité cadavérique… l’hypnotiseur travaillant là-dessus.

Bien, ces Hindous avaient taillé une veine et pouvaient saigner à volonté. Oh ! Les médecins des Etats-Unis se mirent à délirer. Ils se sont presque évanouis. Quelque chose de nouveau… quelque chose de totalement nouveau. Ça n’avait que trois mille cinq cents ans.

J’ai appris cela alors que j’avais environ quinze ans, donc, lorsque j’ai lu cela venant du corps médical : « Blablabla, blablabla, nouvelle grande découverte et ainsi de suite, les médecins tout excités », j’étais fasciné. C’était la première fois où j’ai soupçonné à quel point les États-Unis étaient en retard concernant la simple observation ordinaire. Parce que n’importe lequel d’entre vous pourrait se mettre là et pratiquer cela pendant un moment et vous pourriez finalement le faire, tant que votre sang ne vous laisse pas tomber.

Bien entendu, pour le faire, il faut apprendre comment arrêter volontairement le flux de sang de votre main. Et vous dites : « Très bien, quel est le contrôle musculaire pour couper le flux sanguin de cette main ? »

(…)

Extrait de la conférence du 12 novembre 1951L. Ron Hubbard