Les postulats de base – 12ème partie

(…)

Maintenant, on nous a raconté qu’il y a beaucoup de réactions automatiques dans le corps – involontaires, volontaires, des systèmes de défense aérienne ou autre – par lesquels de petits nerfs circulent et font des actions involontaires. Oh, non ! Pas du tout.

Avez-vous déjà été conscient de votre propre respiration et été obligé de vous asseoir là, bon sang, et de respirer pendant deux ou trois minutes jusqu’à ce que finalement vous reveniez à une manifestation involontaire ? Eh bien, la respiration est très difficile à maîtriser. Il y a là un rapport très étroit. Je parie que deux ou trois d’entre vous vont maintenant se trouver là à avoir des problèmes pour respirer pendant quelques minutes.

Eh bien, le système n’est pas aussi automatique que vous pourriez le penser. Vous pouvez placer n’importe quelle partie de votre existence sous votre autodétermination analytique. N’importe laquelle. Si vous deviez, par exemple, faire un énorme postulat comme : « Je vais recommencer ma vie. Je vais être complètement différent à partir de maintenant. Je vais être courageux, fort, beau, en bonne santé, et ainsi de suite », vous savez, vous pourriez vraiment le faire. Ce que vous n’aimeriez pas faire, c’est de vous débarrasser de vos vieux souvenirs. Si vous vous en débarrassiez complètement, vous voyez… car ce que vous feriez aussi, si vous étiez bien assis et que vous fassiez ce postulat, alors vous y retourneriez par la mémoire pour voir à quoi il ressemblait, vous vous retrouveriez éjecté de la valence à ce point. Vous êtes juste parvenu à vous tuer. Aussi simple que cela. Vous dites : « Eh bien, je suis mort. En ce qui me concerne mon passé, il n’y a plus rien. Et ceci est nouveau et ceci est le futur. Et à partir de là, il ne va rien y avoir d’autre que du futur, et aucun de ces trucs du passé ne va plus m’embêter. »

Eh bien, quel est ce mécanisme ? C’est le cycle vie-mort lui-même, et vous pouvez le postuler dans cette vie si vous le voulez. Il n’y a rien de mal à ce que vous le postuliez. Vous pouvez toujours revenir en arrière et vous souvenir l’avoir postulé et le retrouver.

(…)

Extrait de la conférence du 12 novembre 1951L. Ron Hubbard