Les postulats de base – 13ème partie

(…)

Cela dit, l’autodétermination a, alors, une portée très vaste. Mais qu’est-ce qui fait que l’autodétermination de quelqu’un puisse le prendre en charge si admirablement ? Quel est le système de réglage utilisé par l’autodétermination pour manoeuvrer les muscles ? Eh bien, c’était un autre élément du tableau. Bien sûr, les muscles ont à voir avec l’effort. Le mental — le mental physique — a à voir avec l’estimation des efforts. Vous marchez jusqu’à la porte, vous dites… vous faites simplement un calcul automatique : « Quelle pression faudra-t-il pour ouvrir cette porte ? Quelle quantité de frottement ai-je besoin d’établir entre ma main et la poignée de la porte ? » De temps à autre, vous êtes surpris. Vous vous dirigez vers une porte, vous atteignez la poignée de porte avec confiance et elle reste là, et vous… « Rrrrhhh !» Vous baissez de ton immédiatement parce, vous voyez, vous avez eu tort.

Vous estimez l’effort nécessaire pour faire quelque chose. Généralement, cet effort est correct, mais de temps en temps, il n’est pas bon.

Vous avez un tiroir qui coince chez vous ? Eh bien, quiconque tolère un tiroir qui coince, c’est qu’il le veut bien parce qu’il va baisser de ton chaque fois qu’il estime l’effort pour ouvrir ce tiroir, qui n’est pas énorme. Il devrait ouvrir le tiroir en le tirant, prendre quelque chose comme… Il ouvre sa (soupir)… Bang ! Hrrr ! Voyez ? Et ensuite, après un moment, soit dit en passant, ça le mettra en apathie, et il laissera tranquille tout ce qui est dans le tiroir. Il ne touchera plus à ce tiroir.

Il… il pensera : « Eh bien, je… » Peut-être qu’il contient l’annuaire téléphonique, et il dira : « Eh bien je pense que je ne vais pas l’appeler maintenant. » S’il examine ce tiroir, c’est parce qu’il ne veut pas l’ouvrir. Le tiroir le combat à chaque fois.

Maintenant, il peut vaincre ce tiroir très facilement en disant : « L’estimation de l’effort pour ouvrir ce tiroir est un genre d’effort saccadé, déformé qui prend deux minutes. » Maintenant, s’il faisait ainsi, ça ne l’agacerait jamais parce qu’il aurait fait une estimation de l’effort correcte. »

Ce qu’il tient absolument à faire, c’est suivre son estimation initiale de l’effort. Il continue de vouloir absolument que cette première estimation ait été juste et quand le tiroir coince, à chaque fois il se retrouve encore plus mal en point. Il est dit que le contrat contient ceci et cela, et ça ne se passe jamais comme ça.

(…)

Extrait de la conférence du 12 novembre 1951L. Ron Hubbard