Quand la vigilance fait défaut, les conséquences en sont dramatiques

Arcachon – Des milliers de livrets informent les locaux et les vacanciers des effets nocifs des drogues durant le week-end du 14 juillet.

L’usage de cannabis et de cocaïne est toujours en hausse, selon le rapport publié par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en 2019, et ce depuis cinq ans. Le cannabis restant la drogue illicite la plus consommée en France. Et de surcroît, pour la cocaïne, une nouvelle ligne a été franchie. Les Français, âgés de 18-24 ans, ayant expérimenté la cocaïne, sont quatre fois plus nombreux qu’il y a 20 ans.

Pour lutter contre ce fléau, les bénévoles de l’association Non à la drogue, oui à la vie se sont mobilisés, samedi 11 juillet, pour distribuer plus de 16 000 livrets informatifs dans les villes d’Arcachon, de Biscarosse et de Mimizan afin d’alerter les gens des réels dangers des drogues.

Les passants ainsi que les commerçants d’Arcachon ont accueilli cette initiative avec beaucoup de soulagement. Un propriétaire de restaurant a déclaré : « Encore tout récemment on a pu lire dans le Sud Ouest fin juin qu’il y a eu plusieurs rixes dans les rues de Bordeaux pour des histoires de cannabis et le patron de bar a été agressé par des individus armés de battes et de barres de fer. Et je ne parle pas des accidents provoqués par des gars qui ont consommé de l’alcool, du cannabis et pourquoi pas une petite dose de cocaïne, histoire de planer un max. Ça suffit les dégâts ! »

Une auto-école enchantée de la visite des bénévoles a pris près de 200 livrets ayant des problèmes avec les jeunes qui prennent de la drogue et qui sont en apprentissage de la conduite.

Le jour suivant, les bénévoles se sont ensuite déplacés vers Biscarosse pour arroser les plages et les magasins. Ils déambulaient dans les rues, vêtus d’un T-shirt bleu turquoise et d’une casquette de couleur semblable. Les passants ont encouragé l’équipe à continuer leur action de prévention. L’un d’eux a expliqué : « Si tout le monde baisse les bras car on ne peut rien y faire, où irons-nous ? Quand on voit tous ces jeunes, ou pas jeunes, qui conduisent
sous effet d’alcool ou de drogue, il est vital de leur faire comprendre qu’ils ont une sacrée responsabilité car quand la vigilance fait défaut, les conséquences en sont dramatiques. »

En effet, selon l’humaniste Ron Hubbard : « La drogue vole à la vie tous les sentiments de joie qui font qu’elle vaut la peine d’être vécue ».

Mimizan a été leur dernière étape, avec un accueil chaleureux, comme cet étudiant universitaire qui cherchait des solutions pour s’arrêter de prendre de la drogue et qui a conclu que la vie sera peut-être moins drôle sans drogue, mais en tous les cas elle sera bien plus belle.

Contact presse :
Martine Rhein
Relations publiques
06.22.72.72.20
publicrelationsoffice2020@gmail.com

Quand la vigilance fait défaut, les conséquences en sont dramatiques