Qu’est-ce que la pédagogie Hubbard ?

La pédagogie Hubbard est le terme utilisé pour désigner les méthodes mises au point par Ron hubbard pour permettre d’étudier de façon efficace.

C’est une pédagogie qui développe la capacité de l’étudiant à utiliser et a appliquer ce qu’il a appris. La « tech d’étude », comme on l’appelle parfois familièrement, peut être employée par n’importe qui pour étudier n’importe quel sujet.

Dès 1950, Ron Hubbard avait constaté les lacunes de l’éducation et de la formation modernes, des années avant que la violence dans les collèges et l’échec scolaire ne sassent la une des journaux. Il avait remarqué que les élèves étaient tout simplement incapables de comprendre ce qu’ils apprenaient. Ils parvenaient parfois à répéter, comme des perroquets, ce qu’on leur avait enseigné. Mais ils étaient incapables de mettre en pratique, avec aisance ou en comprenant ce qu’ils faisaient, le sujet prétendument « appris ».

Ron Hubbard mena alors des recherches sur ce sujet. Il identifia les barrières qui empêchaient d’apprendre efficacement. Il s’aperçut que le problème n’était ni le surmenage, ni des horaires surchargés ou des professeurs incompétents. Il se rendit compte que l’obstacle principal au fait que les étudiants retiennent et utilisent ce qu’ils apprenaient était l’absence totale de technologie sur la façon d’étudier. Cette prise de conscience le conduisit à une découverte : une technologie précise sur la façon de surmonter ces obstacles pour qu’un véritable apprentissage puisse avoir lieu. Personne jusqu’alors ne s’était rendu compte qu’il manquait une véritable technologie pour étudier.
La pédagogie Hubbard n’est pas une de ces « recettes d’étude rapide qui semblent si à la mode actuellement. C’est une technologie précise dont chacun peut se servir pour apprendre un sujet ou acquérir un nouveau savoir-faire.

Elle commence par la compréhension des barrières à l’étude.

La première de ces barrières est l’étude d’un sujet en l’absence de sa masse physique. Si, par exemple, on étudie les tracteurs, la page imprimée et le mot écrit ne remplacent pas la présence d’un tracteur. L’absence d’un tracteur ou l’absence d’images à associer à ce mot limite nettement la compréhension des tracteurs.

La barrière suivante est une progression trop rapide. Si un étudiant est obligé d’aborder un nouveau thème sans avoir maîtrisé ce qui précédait et qui sert de base pour la suite de l’étude, la confusion règne et l’apprentissage va s’arrêter là.

Supposons par exemple qu’un élève-conducteur éprouve des difficultés à coordonner ses pieds et ses mains pour changer de vitesse tout en restant dans sa file. On s’apercevra que la difficulté provient d’une action antérieure concernant le changement de vitesses. Peut-être a-t-il encore du mal à passer les vitesses à l’arrêt, lorsque le moteur ne tourne pas. Si l’on s’en aperçoit, on peut facilement s’arrêter et retourner à l’étape précédente afin d’amener le conducteur au point où il pourra facilement passer les vitesses, tout d’abord dans le véhicule à l’arrêt, puis dans la voiture en marche.

La troisième, et en fait la plus importante barrière à l’étude, est le mot mal compris. Un mot, dont la définition a été mal ou pas du tout comprise, peut complètement bloquer la compréhension que l’on a d’un sujet et peut même pousser une personne à abandonner complètement le sujet. N’êtes-vous jamais arrivé au bas d’une page pour vous apercevoir soudain que vous n’aviez aucun souvenir de ce que vous veniez de lire ? Juste avant que cette page ne devienne un blanc, il y avait un mot que vous n’aviez pas pleinement compris. Cette barrière s’applique à n’importe quel domaine et sa résolution est une percée capitale qui ouvre les portes d’un enseignement efficace.

La pédagogie Hubbard permet à chacun de reconnaître ces barrières et d’y remédier de façon à ne pas entraver son aptitude à étudier et à apprendre. Ces méthodes ont été utilisées par des millions de gens à travers le monde et leur succès s’est révélé phénoménal :

En voici quelques exemples :

• Dans le cadre d’un programme d’alphabétisation en Afrique du Sud, le niveau de lecture des élèves a fortement progressé, leur permettant de rattraper en moyenne l’équivalent de deux années scolaires.
De plus, les étudiants formés à la pédagogie Hubbard dans les établissements scolaires publics ont vu leur taux de réussite aux examens augmenter de façon sensible, et ce dans toutes les matières. Par exemple, en une année, le taux de réussite moyen dans 19 établissements est passé de 43 à 78 pour cent après l’introduction des méthodes d’étude Hubbard.

• La pédagogie Hubbard a été utilisée dans une école privée de Mexico. Une classe du secondaire, dont 95 pour cent des élèves avaient échoué à leurs examens l’année précédente, a alors obtenu 90 pour cent de réussite.

• Une école de Los Angeles, qui utilise la pédagogie Hubbard tout au long du cursus scolaire, obtient régulièrement, aux examens d’entrée au collège, un taux de réussite supérieur de 30 pour cent à la moyenne nationale. Le niveau de ses élèves en lecture, en mathématiques et en anglais, selon le test d’évaluation générale en vigueur en Californie, dépasse le niveau moyen d’au moins deux classes.

Ces résultats et bien d’autres se traduisent par une véritable éducation et l’acquisition de méthodes d’études dont chacun pourra se servir tout au long de vie.

 

Pour découvrir toutes les vidéos sur la Scientologie

Pour découvrir toutes vidéos sur la Dianétique