Les réponses de la Scientologie

L’Homme s’est posé beaucoup de questions à propos de lui-même. Des questions telles que : « Qui suis-je ? » « D’où venons-nous ? » « Qu’est-ce que la mort ? » « Qu’y a-t-il après la vie ? »

Tous les enfants posent ce genre de questions, cependant l’homme n’a jamais trouvé de réponses qui le satisfassent de façon durable. Les religions donnent à ces questions diverses réponses qui appartiennent en fait au domaine de la philosophie religieuse, celle-ci étant la partie de la connaissance humaine qui s’y consacre.

Les réponses ont varié à travers les époques et d’une race à l’autre, et cette variation à elle seule est responsable du rejet des croyances religieuses. Les anciennes religions sont sur le déclin parce que les gens ne trouvent plus convaincantes les réponses qu’elles donnent aux questions ci-dessus.

Le déclin de la chrétienté est marqué par le cynisme moderne par rapport à un enfer dans lequel on brûle pour l’éternité et d’un paradis où on joue de la harpe à jamais. Les sciences matérialistes ont cherché à dévaloriser le domaine tout entier en dédaignant les problèmes et en présentant des réponses tout aussi impossibles : « Nous sommes simplement de la viande et toute vie surgit d’une combustion spontanée et accidentelle dans une mer d’ammoniaque. » De telles « réponses » rappellent plus l’Inde pré-bouddhiste où on disait que le monde était soutenu par sept éléphants qui reposaient sur sept piliers qui reposaient sur une tortue et, à l’enfant qui demandait sur quoi la tortue reposait, on répondait d’une manière exaspérée : « De la boue ! Et à partir de là il n’y a que de la boue !

Par nature, la vérité est telle que si quelqu’un la connaît, alors de plus en plus de choses lui deviennent compréhensibles. Les maladies et le déclin de l’Asie tendent à montrer que leurs conceptions ne sont pas fondées sur la vérité. En Occident, la guerre, pendant laquelle les soldats ont pu voir marquer sur la boucle du ceinturon de l’ennemi mort « Gott Mit Uns », a ébranlé définitivement la domination des Églises d’alors.

Dieu ne pouvait pas être des deux côtés d’une œuvre aussi diabolique, tout au moins c’est ce que les soldats pensaient. Même la grande recommandation du Christ « Aime ton prochain » semble avoir moins de puissance aujourd’hui dans un monde où règnent l’impôt sur le revenu, l’inflation et le massacre des populations civiles au nom de la paix.

Ainsi, sans condamner ni mépriser aucune des croyances humaines, la Scientologie a émergé des cendres d’une science qui bannissait la spiritualité et a posé de nouveau, en y apportant des réponses, les éternelles questions. Les résultats attestent que les réponses ont la force de la vérité. Les scientologues sont rarement malades, contrairement à l’Inde religieuse. Au lieu de la guerre civile, comme les émeutes d’Alexandrie, les scientologues vivent en relativement bonne harmonie les uns avec les autres, et ont des outils leur permettant de restaurer rapidement de bonnes relations.

Le monde a tendance à attaquer les choses nouvelles et la Scientologie en a eu sa part, attaquée par des groupes d’intérêts privés et les gouvernements, mais elle continue à sortir victorieuse de ces combats sans devenir amère pour autant. La pratique de la Scientologie apporte de nombreux résultats intéressants. L’intelligence augmente, l’aptitude à résoudre les problèmes s’améliore de façon marquée.

On n’a pas à étudier la Scientologie pendant très longtemps pour découvrir qu’il n’y a pas besoin de mourir si l’on veut savoir qui l’on est ou où l’on va après la mort ; on peut en faire l’expérience pour soi-même, sans pression extérieure, ni hypnose ni « foi ». Ainsi la Scientologie est différente principalement parce que l’on n’est pas obligé d’y croire pour qu’elle marche. Ses vérités sont de l’ordre de : « Est-ce que ceci est noir ? » « Est-ce que ceci est blanc ? » Vous pouvez observer par vous-même que le noir est noir, et que le blanc est blanc. Aucun tour de logique n’est nécessaire pour prouver quoi que ce soit et les scientologues demandent seulement aux gens de regarder par eux-mêmes.

Et comme toute science, la Scientologie peut obtenir invariablement des résultats certains. Dans certaines conditions, on obtient toujours les mêmes résultats. Et n’importe qui dans les mêmes conditions peut produire les mêmes résultats. Ce qui s’est passé c’est que la superstition a été exclue des études spirituelles. Et aujourd’hui c’est un état de fait très acceptable pour l’homme.

La liberté ultime dépend du fait de connaître la Vérité ultime.

La Vérité n’est pas ce que les gens disent que c’est, c’est ce que c’est. Et la Vérité, de façon très remarquable, rend l’être libre, exactement comme l’ont dit les philosophes depuis toujours. Ce que les philosophes n’ont pas dit, c’est quel degré de liberté pouvait être atteint. Et c’est la surprise que réserve la Scientologie à chaque personne empruntant la Route vers la Vérité : on peut être totalement libre.

Évidemment, ce n’est pas une bonne nouvelle pour ceux qui veulent des esclaves, pour le fasciste, ni pour le capitaliste, et même quelques croyances plus libérales refusent cela complètement, car qui pourrait être maître, pensent-ils, s’il n’y avait plus d’esclaves ? Ils passent tout à fait à côté de la question clé : pourquoi faudrait-il qu’il y ait un maître ?

Lorsque vous détenez la Vérité, les ombres qui vous emprisonnaient tendent à disparaître. Et lorsque, par votre expérience personnelle, vous avez acquis la conviction que la Scientologie a les réponses, et que vous les mettez en application, vous obtenez les résultats dont ont rêvé tous les philosophes, les savants, les sages, et les prophètes — et vous obtenez aussi la liberté.

La Scientologie est d’autant plus vraie pour vous dans la mesure où vous la connaissez, et ceux qui ne la connaissent que par son nom réagissent à l’espoir qu’elle apporte. Au fur et à mesure qu’on avance dans cette voie, on en connaît de plus en plus et on devient de plus en plus libre. Contrairement à tant de promesses faites à l’homme qui l’ont amené à craindre d’être déçu, la Scientologie libère. Il se peut que la route soit difficile. Il se peut qu’elle soit facile. Mais au bout du compte, la Scientologie apporte tout ce qu’elle dit pouvoir apporter.

Et c’est ce qui fait que la Scientologie est nouvelle et qu’elle grandit. Aucune des autres religions n’a jamais délivré l’homme. Elles attendaient toutes la fin pour présenter à chacun sa harpe ou son Nirvana. Pour la toute première fois, il y a quelque chose qui, en une seule vie, livre les réponses aux questions éternelles et apporte aussi la liberté.

L. Ron Hubbard