Un résumé de la Dianétique (partie 3)

[…] L’inhibition d’une ou de plusieurs dynamiques chez l’individu entraîne un état d’aberration, une tendance au dérangement mental et aux maladies psychosomatiques, et conduit l’individu à tirer des conclusions irrationnelles et à agir de façon destructive, toujours dans un effort pour survivre.

La technique de Dianétique supprime les blocages de ces différentes dynamiques et y parvient sans drogues, hypnotisme, chirurgie, chocs ou autres moyens artificiels. Le fait d’éliminer ces blocages permet de donner libre cours aux différentes dynamiques et entraîne, bien sûr, plus de persistance dans la vie et une intelligence bien supérieure.

La précision de la Dianétique permet d’entraver ou de libérer ces dynamiques à volonté et avec des résultats constants.

La Dianétique a découvert entre autres la source cachée de tous les dérangements mentaux sans cause physique et de toutes les maladies psychosomatiques. Bien que recherchée avec ardeur, cette source était restée inconnue et insoupçonnée pendant des millénaires. Que la source qui a été découverte soit effectivement cette source est encore moins difficile à prouver que n’aurait pu l’être la découverte de la circulation du sang par William Harvey. La preuve ne dépend pas de tests de laboratoire ni d’instruments complexes, mais peut être établie par tout individu suffisamment intelligent dans tout groupe d’hommes ou de femmes.

On a découvert que la source de l’aberration consiste en un sous-mental insoupçonné jusque-là, qui se situe, ainsi que tous ses enregistrements, au-dessous de ce que l’homme considère être son mental « conscient ». En Dianétique, la notion de mental inconscient est remplacée par la découverte que le mental « inconscient » est le seul à toujours rester conscient. Ce sous-mental s’appelle en Dianétique le mental réactif.

Vestige d’une ancienne étape de l’évolution de l’homme, le mental réactif possède de la force et un pouvoir de commandement au niveau cellulaire. Il ne se « rappelle » pas, il enregistre et utilise ses enregistrements uniquement pour produire une action. Il ne « pense » pas, il sélectionne des enregistrements et les impose au mental « conscient » et au corps sans que l’individu le sache ou y consente. La seule information que possède l’individu d’une telle action est sa perception occasionnelle qu’il n’agit pas de façon rationnelle dans un domaine ou un autre et n’arrive pas à comprendre pourquoi. Il n’y a pas de « censure ».

Le mental réactif fonctionne exclusivement en se fondant sur la douleur physique et l’émotion douloureuse. Incapable d’une pensée différenciatrice, il agit sur une base d’excitation-réflexe. C’est le principe selon lequel le mental d’un animal fonctionne. Il ne reçoit pas ses enregistrements sous forme de souvenirs ou d’expériences, mais uniquement comme des forces qui doivent être réactivées. Il reçoit ses enregistrements sous la forme d’engrammes cellulaires lorsque le mental « conscient » est « inconscient ».

Lorsque l’individu est drogué, anesthésié lors d’une opération ou lorsqu’une blessure ou une maladie l’a rendu « inconscient », son mental réactif n’en est pas moins en pleine activité. L’individu peut ne pas être « conscient » de ce qui s’est passé, mais comme la Dianétique l’a découvert et peut le prouver, tout ce qui lui est arrivé durant la période d’« inconscience » est intégralement enregistré. Cette information n’est ni correctement appréciée par son mental conscient, ni évaluée ou raisonnée.

Des circonstances similaires rencontrées par l’individu éveillé et conscient peuvent la réactiver à n’importe quel moment futur. Lorsque cela se produit, un tel enregistrement, appelé engramme, possède la valeur d’un ordre. Il interrompt le fonctionnement du mental conscient dans une mesure plus ou moins grande, prend en main les commandes motrices du corps et provoque des comportements et des actions auxquels le mental conscient, l’individu lui-même, ne consentirait jamais. Ses engrammes le manipulent pourtant comme une marionnette.

Les forces hostiles de l’environnement extérieur sont ainsi introduites chez l’individu lui-même sans qu’il en soit conscient ou qu’il y consente. Elles créent là un monde intérieur de forces tournées non seulement contre le monde extérieur, mais également contre l’individu. C’est ce qu’on a fait à l’individu qui provoque l’aberration, pas ce que l’individu a fait.
[…]

Voir la partie 4

Ce texte, Un résumé de la Dianétique, est disponible dans le livre Philosophe et fondateur l’âme humaine redécouverte de La collection L. Ron Hubbard.